La prise aux anglais

 

 

En 1435, les anglais continuent de ravager la région. Ils s’emparent en particulier du château de Maule. Mais, contrairement à ce qui semble s’être produit l’année précédente, ils sont vaincus à Beynes. Le village est en effet défendu avec succès par Guillaume de l’Estandart, gendre du seigneur du lieu. Dunois, ancien compagnon d’armes de jeanne d’Arc, aidé par la garnison de Beynes, vient alors lui prêter main forte. Il attaque les anglais près de la ferme de Carcassonne et les met en déroute. Le lieu de la bataille porte aujourd’hui le nom de « prise aux anglais » 

Le petit patrimoine

Le petit patrimoine peut être défini comme l’ensemble des constructions ayant eu, dans le passé, un usage dans la vie de tous les jours. Peu importe leurs âges, leurs tailles et leurs créateurs, ce qui compte c’est l’intérêt que vous portez à ces monuments. Aidez-nous à devenir la mémoire collective de notre petit patrimoine.

Sont donc concernés :

  • l’habitat
  • tout aménagement lié aux activités quotidiennes
  • toute construction relevant d’une activité professionnelle
  • tout édification motivée par les croyances, rites ou commémoration
  • toute production artistique

En résumé, tout ce qui témoigne du génie humain au sens large, du pratique au créatif en passant par le religieux et les coutumes diverses dont l’élaboration est inhérente à toute vie en société.

Le petit patrimoine, c’est aussi la richesse naturelle de notre environnement : tout paysage qu’ont modelé le temps et les éléments, voire les hommes, tout élément de ce paysage, dont on désire faire partager l’intérêt géologique ou la beauté.

 

 

Le petit patrimoine rural non protégé (P.R.N.P)

Ce petit patrimoine non protégé dont les croix de chemins, les lavoirs, les puits et les fontaines font partie, doit être protégé.

Il faut prendre conscience qu’ils ont une richesse non mise en valeur et qu’il faut les restaurer.

 On nettoie, on restaure, on découvre ce qu’il y a d’écrit sur le piédestal des croix. On retrouve la mémoire et l’on s’aperçoit que c’est un peu de la vie passée du village qui apparait sous la patine des ans et le lierre. Les noms sont ceux de familles qui existent encore et le lien est renoué avec les siècles qui nous ont précédés avec la curiosité et le désir de retrouver ses racines.

Plaque de cocher à la Couperie, chemin de grande communication N°119

Plaque de cocher à l'entrée de Beynes. Nous constatons que l'indication route Impériale 191 a été remplacée par route N 191.