Circuit petit patrimoine

Le vieux village de Beynes,

 

Départ du château en direction de la rue du moulin et la cour aux Foulons, la construction de la maison au n°5 de la rue aux Foulons date de 1789.

 Bien regarder depuis la maisonnette des grands moulins, le dernier quartier de caractère de Beynes intégrant le lavoir toujours présent ; architecture homogène.

 Direction la passerelle du pont Barat par l’avenue de la Gare et la sente.

 Noter, la pile gauche d’une entrée de ferme disparue et maintenant intégrée à une propriété. La construction de la gare a permis la découverte des tombes mérovingiennes conservées au musée de Saint-Germain-en-Laye.

 La passerelle a été remaniée, il y avait aussi un lavoir et un abreuvoir : il faudrait fouiller !

 Prenons la rue de Maule, la maison située au n° 41 aurait été construite en 1800, jusqu’au chemin du Vert Buisson, le chemin des Nourrices, la rue des Vergers, la sente, la ruelle de l’Aître et enfin retour à la cour aux Foulons par la sente derrière le vieux cimetière.

 Une partie des jardins en activité sont à voir ainsi que des cours habitées, il faut se rappeler que les maisons étaient construites autour d’une cour mitoyenne à plusieurs voisins qui se partageaient également le puits.

 En traversant la rue de Maule, regarder les entrées du 21 et 25 : porte cochère et cave.

 N’oubliez pas au passage la porte cochère de la place Saint Martin : remarquable et estimée au XVe siècle. La construction de l’actuel salon de coiffure l’ « Impératrice » date de 1715 a été rehaussée en 1754.

 Reprenons la rue du Moulin, 1750 serait l’année de construction de la maison située au n° 5,  pour rejoindre la rue Galot, la rue des Clos, la maison du n° 35 daterait de 1700, puis la sente des grives et revenons par la rue Moreau. Admirons, une pompe à voir à l’angle des rues des Clos et Muret.

 Cette partie du parcours permet d’imaginer la vie des villageois il y a encore peu de temps bucolique !

 Arrivé à la rue de la République, à droite nous prendrons la rue de Fleubert et irons jusqu’à la ferme. Dans le Relevé des cens et titres nous trouvons un Girardin de Frobert en 1405. Le moulin de Fleubert est dit Moulin seigneurial en 1703.

 Là nous verrons : son blason (dans la cour), son bief malheureusement à sec, ses contreforts,

 C’est à la vallée aux ânes que se trouvaient les « fourches patibulaires »…en 1239.

 La Mauldre et ses jardins ouvriers. N’oublions pas de regarder à droite le portail bois ce qui était, il y a peu, une ferme ; remarquable !

 Retour à la rue de la République pour revenir à notre point de départ en suivant la Mauldre depuis la Place de l’Estendard et l’étang.

 Ne pas oublier de jeter un coup d’œil au pont, malheureusement refait, et à la croix blanche au carrefour. Pour le lavoir regarder les photos ou cartes postales … Ensuite après la boulangerie, au mur d’angle d’une propriété d’une grande ancienneté…

 

Nota - Pour ce parcours prévoir 1h30 à 2h à pied, selon bavardages !

 

Pour les courageux, à partir de la rue des Vergers, rejoindre par la rue des Jardins, la rue Mulochon puis les sentes de la Muette et des Chevreuils pour revenir à la Rue Moreau. Ce n’est pas mal non plus !

 Ou encore pédestrement via la Grande Table et l’enceinte des Vignolles rendez vous à la Ferme de l’Orme dont la première mention remonte au début du XIIIe siècle.  (Sinon garez-vous devant cette ferme) ancienne mais en très mauvais état en attendant de trouver le souterrain qui mène au château de Beynes …(En 2017 une nouvelle résidence y a vu le jour).

 Descendons à la Basse Pissotte jusqu’à la « grande pierre » (pas si grande que cela !).

 Regarder l’abribus à droite (le bel abribus a été récemment remplacé) puis le poirier à gauche dans le champ qui aurait abrité le pilori de Neauphle le Vieux. Puis à droite la tuilerie en réhabilitation de qualité à mon avis !

 La Fontaine Romaine maintenant en milieu privé à gauche au premier carrefour.

 Finalement, le carrefour avec le chemin de Paris et sa « grande pierre » citée au Terrier de Beynes.

 Extension pour une marche d’une journée.

 N’oublions pas Carcassonne via La Prise aux Anglais, le chemin aux Bœufs…nous pouvons aussi intégrer La Maladrerie, ses moulins, la Fontaine des Fiefs.

 

GL