Généalogie ascendante

Le but de la généalogie ascendante est de partir de soi-même ou de ses enfants pour essayer de retrouver ses ancêtres. Le principe de base est simple : pour chaque ancêtre, il faut retrouver la date et le lieu de sa naissance, de son mariage et de sons décès. Dès que ces renseignements osnt découverts, ou au fur et à mesure de leur découverte, on prend soin de noter les noms et prénoms des parents de l'ancêtre étudié, en partant de ces noms vous entreprendrez les mêmes recherches sur eux (naissance, mariage, décès) et ainsi de suite en remontant. Vous noterez également les parrains et marraines et les témoins, qui ont souvent un rapport de parenté, mentionné ou non. 

 

Vous vous apercevrez que la progression est très rigoureuse, le nombre des ancêtres est multiplié par deux à chaque génération. Tout le monde a un père et une mère, bien qu'il arrive qu'un père inconnu arrête la progression !...

 

 

Généalogie descendante

Le but de la généalogie descendante est de partir d'un de vos plus lointains ancêtres et de retrouver sa descendance aussi complète que possible. Le point de départ peut être un homme célèbre qui porte le même nom que vous et avec lequel vous essayer d'établir un lien de parenté, ou beaucoup plus simplement en choisissant sur votre tableau d'ascendance un ancêtre dont vous voulez retrouver toute la descendance. Si c'est un homme célèbre, vous n'aurez pas de grandes difficultés, par contre si c'est un anonyme, les problèmes seront sérieux, mais rarement insurmontables.

 

Au départ, il est préférable d'établit la descendance agnatique, c'est-à-dire des garçons seulement, la descendance des filles est extrèmement difficile à suivre à cause du changement de nom à chaque mariage, c'est un travail de patience et de méthode.

 

La différence fondamentale avec la généalogie ascendante est que vous n'aurez pas à rechercher un père ou une mère, mais les enfants dont le nombre peut varier selon les caprices de la nature..de zéro à une bonne douzaine, voire plus...et les naissance peuvent être éparpillées sur plusieurs communes ou paroisses. Les recherches s'effectuent avec les mêmes registres et même documents que les généalogies ascendantes, mais il n'y a aucun moyen de connaître les enfants oubliés. Des recherches approfondies, des regroupements ou le hasard vous les feront découvrir plus tard. De ce fait, l'établissement d'arbre ou de tableau de généalogie descendante n'est jamais défini. L'arbre peut être très branchu d'un côté et dégarni de l'autre, au hasard des documents.

Par où commencer ?

D’abord par vous-même. Fouillez dans vos souvenirs pour y retrouver toutes sortes d’informations sur les noms, les lieux, et les dates importantes. Laissez affluer vos souvenirs et rassemblez tous les détails dont vous avez entendu parler par un parent. Même l’indice le plus anodin peut, par la suite, s’avérer être une pièce de puzzle lors de la reconstitution de vos origines.

 L’étape suivante consiste à découvrir vos plus anciens parents. Les « interviewer » est un mot bien formel, mais c’est pourtant ce que vous devrez faire.

 Commencez par questionner les plus vieilles personnes de votre famille et construisez un petit arbre généalogique. Toutes vos recherches se feront à partir d’éléments plus ou moins connus où tout est important.

 Vous vous apercevrez très vite que vous collecterez de plus en plus d’informations sur votre famille. Bibles, vieilles lettres, coupures de presse, carnets intimes, albums photos, et documents divers, sont autant d’empreintes vivantes laissées par vos parents, pour vous aider à résoudre le mystère du passé.

 Surtout gardez en mémoire votre but principal : trouver de nouvelles informations concernant vos ancêtres.

 Vos ancêtres auraient pu être savants ou scélérats, chevaliers ou canailles, princes ou pirates, seigneurs ou laboureurs. Mais quels qu’ils aient pu être, ils sont une partie importante de votre héritage familial.

 Demandez à un parent ou à un ami un entretien, ou envoyez-leur un courrier. Par la suite, avant une rencontre, envoyez leur un nouveau courrier mentionnant toutes les questions que vous souhaitez leur poser. Puis laissez-leur plusieurs semaines pour retrouver leurs carnets de bord, leurs mémentos qui leur rafraîchiront la mémoire.

 Si une visite personnelle n’est pas possible, vous aurez donc besoin d’établir un questionnaire informel. Utilisez un style neutre, ainsi ils ne se sentiront pas gênés pour répondre à vos questions. Parlez-leur de votre projet, essayez de les sensibiliser et de les enthousiasmer. Et surtout n’oubliez pas de joindre une enveloppe timbrée et libellée à votre adresse.

 

 

·    Informations vitales : extraits de naissance, certificats de décès et certificats de mariage.

·    Informations personnelles : journaux, carnets de bord, coupures de presse, photos, faire-part de naissance, mariage et de décès, certificats de travail ou de retraite.

·    Documents légaux : contrats, feuilles d’impôts, testaments, actes notariés, hypothèques.

·    Registres d’écoles : diplômes, annuaires, récompenses, anciens élèves.

·    Registres religieux : de baptêmes, de mariages, de paroissiens et les bibles familiales.

·    Registres gouvernementaux : récompenses ou réformes militaires, papiers de citoyenneté ou de naturalisation, passeports, permis de travail, papiers administratifs en tout genre.

Carnets de santé : vaccinations, hôpitaux, assurances, ordonnances médicales. 

 

 

Ensuite viendra le jour, où vous irez travailler dans les bibliothèques, dans les dépôts d’archives, à la Bibliothèque Nationale, où vous visiterez les cimetières où les familles ont été enterrées.  Et n’oubliez surtout pas les registres de recensement auprès des chefs-lieux départementaux. Vous trouverez des registres militaires, de pensions et de subventions aux personnes âgées aussi bien que des listes de passagers de paquebot et des certificats de naturalisation.

 

 

 

Comment débuter ?

L'intérêt et l'intrigue que représente la généalogie résident dans le fait qu'une fois vos recherches commencées, vous ne savez jamais où vous allez aboutir ni ce que vous allez trouver.

 Contrairement à l'opinion commune, les recherches d'histoire familiale ne sont ni simples ni aisées. Elles se fondent essentiellement sur la recherche de documents d'archives qui peuvent nous renseigner sur les filiations des hommes et des femmes qui nous ont précédés.

 Votre héritage familial, unique, est ce que les généalogistes appellent "les indices de votre passé". Si on les rassemble et les assemble correctement, ces indices peuvent vous faire vivre l'aventure la plus intéressante que vous ayez jamais connue.

 Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi votre grand-mère et votre grand-père tenaient tellement à une photographie fanée, à une bible usée, ou à ce petit bout de jardin derrière la maison ?

 Vous-êtes vous déjà demandé pourquoi les vacances passées avec votre famille maternelle diffèrent de celles passées avec votre famille paternelle ?

 C'est en cultivant et en conservant ces souvenirs, ces coutumes et ces traditions que l'on forme un héritage familial. Beaucoup de gens ont déjà effectué les recherches nécessaires pour conserver l'histoire de leur famille. Beaucoup ne l'ont pas fait. Souvent, nous ne savons pas comment commencer parce que notre famille est trop éparpillée géographiquement ou parce que nous pensons qu'il est trop tard pour étudier le passé.

 

 

Comment faire sa généalogie ?

Période

Actions

Conseils

 

20xx

à

1905

 

Rassembler les archives de familles

Interroger les anciens

Partir de son acte de naissance ou du livret de famille de ses parents

S’adresser aux services d’état civil des mairies pour sa ligne directe

 

 

Utiliser la numérotation SOSA de vos ancêtres

Etre méthodique, rigoureux et…patient

Bien lire et analyser tous les documents

Demander la photocopie des actes (pas un extrait) ou une copie intégrale

 

1904

à

1793

 

Consulter les registres d’état civil (N.M.D)

Utiliser les tables décennales qui, depuis 1803, donnent la date de naissance, mariage, décès, triées par patronyme.

Consulter les archives de l’armée, de la douane, …

Consulter également les archives en ligne sur Internet

 

 

Rechercher d’abord les mariages

Ne pas oublier les frères et sœurs, les témoins, les parrains et marraines, les collatéraux

Faire des photos numériques sans flash

 

 

1792

à

1539

 

 

Consulter les registres paroissiaux (B.M.S) qui ont été déposés aux archives (certains se trouvent encore dans les mairies)

Utiliser les guides de recherche dans les archives

 

 

Rechercher par ordre chronologique les mariages et les baptêmes

L’orthographe d’un nom varie dans le temps

 

 

1538

à

1320

 

 

Consulter les liasses notariales pour trouver les contrats de mariage, les testaments, les inventaires après décès

 

Rechercher dans les tables de la série III E

 

 

 

 

 

 

Quelques conseils pour débuter votre généalogie

Établir un premier arbre généalogique à partir des documents que vous possédez (papiers de famille, livrets de famille, carte d’identité, baux, contrat de mariage, livret militaire, faire-part).

Interroger votre entourage en particulier les personnes plus âgées.

Noter avec précision tous les lieux (naissance, mariage, décès, domicile) contenus dans vos archives familiales.

Il vous faut ensuite rechercher les actes indiqués dans votre documentation, vous les trouverez soit dans les registres d’état civil (depuis le 20 septembre 1792) ou dans les registres paroissiaux avant cette date.