Le fief de Beauregard

La baronnie de Beyne a été acquise par contrat du 3 février 1713, moyennant 30.000 livres payées comptant. Et par le même contrat ledit Seigneur Comte de Pontchartrain chancellier à la réquisition dudit Sieur Aubert érigé à titre de fief toute ladite ferme et terre de Beauregard, desdits bouts de la Tuilerie, ainsi que de la ferme et terre de la Couperie scize en la paroisse de Beyne tenue en censive et mouvance de ladite baronnie de Beyne par le dit Sieur Aubert, acquise de Messire Jean Baptiste Bachelier seigneur de Beaubourg et Dame Charlotte Marie de Vallaire son épouse par contrat passé par Lievain et Quillerie notaire à Paris, le qujatre may mil sept cent huit contenant cinquante neuf arpents huit perches et trois quartiers en ladite censive et mouvance de Beyne tan en terres labourables prez quautres héritgaes, maison et bâtiment suivant la déclaration fournie par ledit sieur Bachelier ou procureur pour luy le dix avril mil six cent quatre voingt dix sept, devant Dejean tabellion à Beynes le tout doresnavant (…) et posséder avoir seul et meme corps de fief sous le noim et titre de fief de la couperie par ledit sieur Aubert et ses ayants cause a une seule foy. Lesquels biens erigés en fief le dit seigneur chancellier a affranchir, quitté et déchargés de tojutes charges et redevances censuelels et roturieres, a la charge par ledit sieur Aubert et ses successeurs de relever le tout en plein fief a une seule foy et hommage dudit seigneur et ladite baronnie de Beynes et estre tous les roits appartatenant a la ditte mouvance exercé par ledit seigneur chancellier et ses successeurs baron de Beyne lorsque le cas y echerir, se retenant ledit seigneur pour luy et ses successeurs la foy entière envers le seigneur de Bretencourt tan pour ce qui reste audit seigneur de la ditte baronnie de Beyne, que pour cequil en a ey dessus vendu aliéné et demenbré avec réduction de mouvance et consentement par ledit seigneur chancellier que ledit sieur Aubert obstienne de sa majesté leurs patentes pour jouir du droit de moyenne et basse justice dasn létendue dudit fief de la couperie erigé, se réservant ledit seigneur la hauite justice a luy appartennan t à cause de sa baronnie de Beyne sur lesdits héritages, alienner et ériger en fief à la charge par ledit sieru Aubert et ses successeurs possesseurs dudit fief de relevé ladite moyenne et basse justice conjointement avec ledit fief, dudit seigneur le chancellier à cause de saditte terre et baronnie et ses successeurs baron dudit Beyne, et que les appellations de ladite moyenne et basse justice ressortiront à la haute justice de laditte baronnie de Beyne. Et, par lememe acte, le sieur Aubert a reçu foi et hommage à la charge de fournir aveu et denombrement du dit fief dans le terme et la coutume.